Pourquoi avons-nous mal au dos ?

Les vertèbres sont des segments osseux qui s’emboitent les uns sur les autres séparés par des amortisseurs ou disques et maintenus très fermement par des ligaments et une gaine musculaire très puissante. Ils constituent la colonne vertébrale qui peut se mouvoir dans l’espace en gardant toute sa cohésion.

Un trouble apparaît lorsqu’une des vertèbres sous une très forte pression extérieure se décale de son axe, favorisée par le relâchement du muscle ou du faisceau de muscles qui la maintient. Ce déboîtement de vertèbre par glissement (spondylolisthésis) aussi infime soit-il, souvent même peu ou pas visible à la radio, risque d’avoir des conséquences sur toute la zone périphérique : des tensions musculo-ligamentaires et des tiraillements créent des déséquilibres corporels par exemple un déhanchement, caractéristique de face.

Le disque sous l’effet du déplacement de la vertèbre peut subir une compression, un écrasement (discopathie = altération du disque), peut être délogé de son emplacement et faire pression sur les ligaments (ex : lumbagos) et sur les nerfs rachidiens (ex : nerf sciatique, nerf crural) dont l’irritation déclenche la douleur : la sciatique. Cela peut aller jusqu’à l’extérioriser du noyau de son enveloppe musculo-ligamentaire et devenir alors une hernie discale.

Des ossifications au bord des vertèbres peuvent également apparaître suite à des frictions entre les bords de deux vertèbres et une inflammation localisée (becs de perroquet). Cela est fréquent dans les cas d’arthrose.

La douleur c’est l’alarme dont se sert l’organisme pour annoncer qu’il y a danger. Selon le degré du danger l’organisme va réagir plus ou moins brutalement jusqu’à bloquer l’articulation par une contracture musculaire et congestive. La douleur sidérante empêche tout mouvement intempestif pour éviter tout débordement aggravant, c’est le cas du lumbago qui fige sur place.

Les traitements classiques

Pour soulager la personne souffrante, le médecin va administrer un cocktail de médicaments tels des antalgiques, des anti-inflammatoires, des myorelaxants… aux effets rapides certes, mais qu’il faudra renouveler avec le risque d’effets secondaires préjudiciables. D’autres professionnels exerceront des séances de manipulation : kinésithérapeutes, ostéopathes, chiropracteurs…, dont l’acte consiste en la remise en place des vertèbres avec pour but la cessation immédiate de la douleur pour le plus grand soulagement du patient.

Il n’en reste pas moins que la cause profonde du problème de dos persiste et qu’il restera des séquelles avec quelque fois de longues périodes de calme qui font espérer que le mal de dos est passé jusqu’au jour ou il y a rechute.

Dans certains cas une intervention chirurgicale sera même nécessaire si un traitement de fond n’a pas été entrepris alors qu’il en était encore temps.

Pourquoi y-a t’il rechute ?

A l’origine d’un trouble vertébral il y a toujours une insuffisance musculaire, le muscle qui maintient fortement les vertèbres perd de sa force et se relâche. Ce n’est donc pas un soulagement éphémère voire une remise en place de vertèbres qui peut changer quelque chose à cela.

La personne soulagée après quelques séances reprendra ses activités avec les mêmes gestes, les mêmes attitudes et les mêmes causes reproduiront inévitablement les mêmes effets, une rechute et une réapparition des douleurs, souvent encore plus fortes que précédemment.

Par ailleurs l’organisme par finalité va essayer d’atténuer cette douleur par un nouveau rééquilibrage corporel. Il va chercher à compenser du côté non douloureux. Ce nouvel équilibre est précaire et crée un état instable où la douleur peut resurgir à tout moment. Cet état avec le temps peut se fixer en maladie chronique et se dégrader en maladie dégénérative si l’on ne prend garde.

Conclusion

SPINUP est le seul moyen simple et efficace pour stopper une telle évolution et résoudre ce problème : revenir progressivement à l’équilibre originel, dépasser la phase douloureuse, cela demande de la persévérance, mais le résultat est au bout : se libérer de son mal de dos.

A quel que stade de votre mal de dos que vous soyez, n’attendez pas que votre douleur évolue vers la chronicité, ou être obligé de subir une opération chirurgicale qui ne se révèle pas toujours fiable et dont les risques ne sont jamais négligeables.

UNE QUESTION, UN CONSEIL ? +33 (0)1 49 01 20 45

Le support Utilisateurs est joignable du lundi au vendredi de 10h à 18h.